LITTÉRATURE

 

Je voudrais aujourd’hui écrire de beaux vers

Ainsi que j’en lisais quand j’étais à l’école

Ça me mettait parfois les rêves à l’envers

Il est possible aussi que je sois un peu folle

 

Mais compter tous ces mots accoupler ces syllabes

Me paraît un  travail fastidieux de fourmi

J’y perdrais mon latin mon chinois mon arabe

Et même le sommeil mon serviable ami

 

J’écrirai donc comme je parle et puis tant pis

Si quelque grammairien surgi de sa pénombre

Voulait me condamner avec hargne et dépit

Il est une autre science où je puis le confondre.

LITERATURE

 

I’d like to open the finest verse to-day

The sort of thing I used to read at school

It sometimes turn my dreams the other way

Callme a soppy thing perhaps a fool

 

But joining syllables in twos and threes

Word-counts the micing labour of a an ant

I’d lose my latin arabic chinese

Even my sleep my valued confidant

 

In fact I’llwrite the way I speak so there

If any lurking jumped-up pedant scouted

My work with spiteful sneers I’d bring to bear

Another science and he’d soon be routed.

Traduction:

in Robert Desnos, surrealist, lover, resistant
Timothy Adès. Arc Publications
 www.arcpublications.co.uk